Est-il cohérent que l’évaluation de la performance financière et les risques d’une banque puissent varier en fonction du référentiel utilisé ? Le fondement des normes comptables et prudentielles est identique, à savoir fournir une information de qualité au marché et au superviseur. Néanmoins force est de constater que certaines méthodes ou principes divergent.

L’activité normative soutenue des règles comptables internationales IFRS et les enjeux liés aux évolutions réglementaires Bâle 3 et Solvency 2 reposent la question d’une juste appréciation des risques et la cohérence de la définition des actifs et des passifs.

Dans ce contexte quels principes d’enregistrement et d’évaluation adopter ?

Parmi ceux-ci, le traitement des instruments financiers, la valorisation des prêts non performants ou bien les méthodes de consolidation peuvent nécessiter un ajustement du cadre prudentiel ou des règles comptables, avec pour conséquence des impacts potentiellement significatifs sur la volatilité du bilan, du résultat, des fonds propres et des enjeux de gouvernance.

Pour débattre de ce triptyque risques-comptabilité-conformité et analyser les impacts opérationnels pour les établissements financiers interviendront KPMG, l’ACPR, BPCE et Moody’s.

Public visé :

  • Directions financières et comptables
  • Direction des risques
  • Gestion actif / passif, ALM
  • Auditeurs et Analystes
  •  Avocats et Conseils
  • Monde académique

Plus d’informations et INSCRIPTION

Organisateur

Lieu

Hybride : présentiel au Palais Brongniart et en visioconférence Palais Brongniart, Paris, 75002 France