Risques et Assurances de l’agriculture

Projet scientifique

Les objectifs de l’Initiative de recherche

  • Développer la recherche scientifique sur l’évolution des méthodologies et des produits d’assurance et de couverture financière des risques économiques des activités liées à l’agriculture, notamment dans le cadre des effets météorologiques et climatiques ; de la volatilité accrue sur les marchés de matières premières et d’énergies ; de l’évolution des dispositifs public-privé de couverture et de garantie des risques (assurance et fonds de mutualisation).
  • Développer la recherche scientifique sur les assurances de type indiciel et sur les technologies satellitaires qui les alimentent, y compris en vue de leurs applications dans le domaine de la microassurance agricole.
  • Contribuer à la recherche et à la formation au plus haut niveau de jeunes spécialistes sur ces sujets à travers notamment la formation par la recherche.
  • Diffuser la connaissance et la compréhension de ces thèmes auprès des acteurs concernés en France et en Europe.

Thèmes de recherche actuels

  • La gestion des risques météorologique et climatique sous deux angles :
    • Estimation des dommages : étude des modèles d’estimation de la production agricole locale en fonction de données météorologiques et de données satellitaires.
    • Prévision à long terme : étude des modèles permettant de mesurer l’impact de l’évolution du risque climatique sur les productions et en particulier sur la production de fourrages.

Ces deux points ont des conséquences importantes non seulement en termes de tarification, mais également en termes de gestion des sinistres. Ainsi, un modèle efficace d’estimation des dommages à partir de données météorologiques ou d’images satellites ouvrirait la voie à une gestion indicielle de la sinistralité (voir point suivant). Dans les deux cas, il s’agit d’explorer les modèles de croissance déjà existant, ainsi que d’améliorer les outils de traitements et d’analyse des données météorologiques et des images satellites.

  • La gestion indicielle des sinistres et son application en micro-assurance.
    La gestion indicielle pose le problème de l’acceptation de ce mode de règlement des dommages par les assurés potentiels. Non seulement l’indice doit être suffisamment bien corrélé à la sinistralité locale effective, mais les assurés (moins informés) doivent en outre le percevoir comme tel et l’accepter, au tarif proposé. On peut modéliser ce problème comme celui de la définition optimale d’un contrat d’échange de risques sous contrainte (sur sa forme), avec asymétrie d’information ou d’à priori entre les agents.
  • La gestion des risques de revenu (risques mixtes assurance/finance).
    La volatilité du prix des matières premières a été explosive ces dernières années, il en est de même pour les prix d’un certain nombre d’autres matières entrant dans les coûts de production (e.g. pétrole via le carburant). Le revenu net dépend donc, de manière non-linéaire, d’aléas assurables (e.g. aléas climatiques) et d’aléas non-assurables (e.g. prix de vente) mais qui peuvent être couverts sur les marchés financiers. Il s’agit de comprendre comment de tels risques peuvent être gérés par une couverture hybride de type assurance/finance. La recherche de solutions simples et acceptables par les assurés reste à ce jour un challenge académique. En outre, selon la définition du “revenu net” retenu, peuvent se poser des problèmes d’aléa moral. En particulier, l’assurabilité de produits de type “coup-dur”, qui peuvent concerner des lignes inférieures du compte d’exploitation, sera étudiée de ce point de vue.

Responsables scientifiques

Didier FOLUS
Didier FOLUS
Voir le CV

Partenaires économiques